Pansexualité, quand le genre devient secondaire

Le genre est un sujet de plus en plus discuté dans les médias. Que ce soit au niveau de sa remise en question, de l’orientation sexuelle, ou encore de l’égalité. Ce thème est au centre de nos vies et de notre société actuelle.

Il y a quelques semaines, lors d’une discussion de groupe, une amie nous dit « Que ce soit un homme, une femme, ou autre, je me fiche du genre, ce qui m’importe, c’est la personne, l’être humain ». Cette phrase m’a marquée et a accentué la preuve qu’aujourd’hui, les orientations sexuelles tendent à se complexifier. J’ai donc décidé d’effectuer des recherches, et je suis tombée sur ce mot, parmi beaucoup d’autres des termes LBGTQI+: la « pansexualité ». Cependant, lorsque j’écris ces phrases, mon correcteur automatique ne reconnait même pas ce terme.

Cela est fâcheux, un terme si important désormais dans le mouvement LGBTQI+, mais souligné de pointillés rouges. Ok google, une remise à niveau s’impose !

Quelle est donc cette orientation sexuelle que si peu de personnes connaissent ?

Un terme qui ne date pourtant pas d’aujourd’hui

Le mot « pansexualité » est apparu au XXème siècle. À l’origine, Freud le définit comme un terme psychologique qui décrit le sexe comme un facteur de motivation primordial pour les êtres humains. Le psychiatre, a été contredit par de nombreux chercheurs plus tard. Le sociologue Arnaud Alessandrin, à titre d’exemple, spécialiste des transidentités, et auteur du livre Sociologie des transidentités a donné à la pansexualité une définition plus précise et actuelle : « L’attirance, l’orientation, la pratique, ou l’absence de pratique sexuelle, vis-à-vis d’une personne, et ce peu importe le sexe anatomique et le genre de la personne.»

Autrement dit, peu importe le genre de la personne, une personne pansexuelle sera à la recherche d’une aventure, ou de son âme soeur, mais surtout de la meilleure personnalité qui va lui correspondre. L’être humain passe donc avant tout.

Une émergence de nombreux termes

La pansexualité tend à être confondue avec d’autres orientations, la plus fréquente étant la bisexualité.

En effet, si nous analysons l’étymologie du mot pansexualité, nous retenons «pan », qui signifie « tout » en grec, à contrario du mot « bi » pour le terme de bisexualité, qui signifie deux, soit un homme ou une femme. La pansexualité inclut donc les hommes, les femmes, mais également les personnes transgenres, intersexes, non-binaires… Autrement dit, une personne pansexuelle peut tomber amoureuse de n’importe quel être humain. Elle sera d’abord attirée par une personnalité, et non par un genre préétabli. La journée internationale de la pansexualité a lieu le 23 septembre, le même jour que celle de la bisexualité

Tout comme l’homosexualité, ou la bisexualité, la pansexualité est représentée par son drapeau depuis 2010, avec trois couleurs ; le rose, le jaune et le bleu. Le rose symbolise l’attirance vers les femmes, le bleu vers les hommes, et enfin, le jaune au milieu symbolise l’attirance pour les autres genres. Ce drapeau a été créé dans le but de montrer l’absence d’existence de la binarité des genres (féminin/masculin).

Comme  dit précédemment, si nous observons l’étymologie du mot « bi », une personne bisexuelle sera seulement attirée par deux genres, féminin et masculin. Son drapeau, créé en 1998, possède également trois couleurs ; le rose, le violet et et le bleu. Le rose pour l’homosexualité, le bleu pour l’hétérosexualité et le violet pour le mélange des deux, la bisexualité. Il existe également beaucoup d’autres orientations qui tendent à être confondues, mais cela n’est pas pour autant qu’une personne bisexuelle, queer, ou encore panromantique aura les mêmes désirs qu’une personne pansexuelle.

En effet, une personne queer ne se reconnaît pas dans la sexualité hétérosexuelle, ou ne se sent pas appartenir à un genre défini. Pour ce qui est des personnes panromantiques, il n’est pas question d’attirance sexuelle comme les pansexuel.le.s, mais uniquement d’attirance amoureuse. Tous ces termes peuvent porter à confusion et prouvent la complexité du genre et des orientations dans notre société actuelle. Effectivement, de nombreux spécialistes ont travaillé récemment sur ces sujets, comme le sociologue Didier Eribon, ou encore l’écrivaine et poétesse Maggie Nelson. Cette dernière  parle de “ la pluralité du désir avec exigence et passion », qui approfondissent les recherches sur ces termes.

Sur les réseaux sociaux, et notamment sur YouTube, de nombreuses personnes en discutent également, ou expliquent simplement ce qu’est la pansexualité, comme Keyza, Cam Grande Brune, Undoomed, ou encore sur la chaîne YouTube de France.tv slash. De même, pour aller plus loin, de nombreux comptes Instagram mettent en avant le questionnement du genre, de la sexualité féminine et masculine avec de nombreux témoignages.

Undoomed : https://www.youtube.com/watch?v=zAISPmxu7Tg&t=270s

Keyza : https://www.youtube.com/watch?v=PbrPu9LJK2k

France.tv slash : https://www.youtube.com/watch?v=_Rlm-mU2QGA

Cam Grande Brune : https://www.youtube.com/watch?v=X8PwC3vN-Zs

La pansexualité portée par le mouvement de la pop-culture

Certes, la pansexualité a été en premier lieu reconnue par des sociologues, mais c’est surtout le mouvement de la pop-culture qui a fait émerger ce terme. En effet, de nombreux artistes se revendiquent comme tel.le.s. La plus marquante reste sans doute Héloïse Létissier, la chanteuse de Christine and the Queens, qui dans de nombreuses interviews, a abordé sa revendication du dépassement du genre. Elle a même rayé une partie de son nom de scène pour s’appeler seulement “Chris”.

Les artistes Miley Cyrus, et Jannelle Monáe ont également fait connaître cette orientation en faisant leur coming-out. Pour la petite anecdote, c’est lors d’une interview accordée au magazine Rolling Stone que Jannelle Monáe aborde pour la première fois sa pansexualité. Les parts de recherches sur ce terme ont augmenté de 11.000%, juste après cette déclaration sur le dictionnaire en ligne Merriam-Webster !

La pansexualité n’est pas la seule orientation portée par le mouvement de la pop-culture. Il s’agit là plus globalement d’une remise en question du genre en général, avec par exemple, la remise en cause de la masculinité et de la virilité proclamée par le chanteur et compositeur Eddy De Pretto. Ces artistes bousculent les codes, et nous donnent, nous l’espérons, les perspectives d’un monde plus ouvert, malgré la complexité des différentes orientations et du vocabulaire qui existe pour donner un mot à ce que chacun.e peut être, ou ressentir.

La pansexualité, une question de génération ?

De plus en plus de personnes se revendiquent pansexuel.le.s, mais ces dernières figurent souvent parmi les plus jeunes. De ce fait, nous pouvons nous poser la question suivante : est-ce une question de génération ? de mode ?

Certains YouTubeurs parlent même de pansexualité dans les jeux vidéos. En effet, créer un personnage, de n’importe quelle forme, genre, permet d’avoir un réel lien avec ce dernier. Par exemple, quand nous ressentons des émotions quand ce dernier meurt, vit une histoire d’amour ou encore accomplit des tâches, il est possible de s’éprendre du personnage, quelque soit la forme qu’il incarne (alien, robot, femme, homme…), ce qui peut faire penser à une forme de pansexualité. Cela peut sembler improbable de faire un parallèle avec les jeux vidéos, mais si nous y réfléchissons bien, cela est la même pratique dans la vraie vie.

Ainsi, la pansexualité, même si elle reste encore inconnue pour de nombreuses personnes, figure parmi l’une des principales orientations de notre génération. Pour autant, beaucoup de personnes ne revendiquent pas cette orientation, mais cela confirme désormais que définir ce que nous ressentons est essentiel pour les générations d’aujourd’hui qui ont soif d’expression des sentiments.

Ana Malmy

Sources :

https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/05/18/christine-and-the-queens-monarque-absolue_5300749_4497186.html

http://interligne.co/faq/quelle-est-la-difference-entre-la-bisexualite-et-la-pansexualite/

http://madame.lefigaro.fr/societe/quest-ce-que-la-pansexualite-orientation-sexuelle-genre-160518-148592

http://www.leparisien.fr/societe/qu-est-ce-que-la-pansexualite-dont-se-revendique-la-chanteuse-janelle-monae-27-04-2018-7686960.php

https://www.femmeactuelle.fr/amour/couple/pansexualite-bisexualite-genres-45559

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *